bannière oragedebelmont.fr




Les besoins en eau d'un cheval

têtes de cheval

Le cheval doit boire beaucoup. Il faut donc penser à assurer sa boisson dans toutes les circonstances, mais pas n'importe quand, ni n'importe comment.

Le cheval doit pouvoir boire à volonté ou presque. Dans certaines circonstances, mieux vaut freiner sa soif pour protéger son système digestif.

Après un effort important, ne laissez pas votre cheval boire de grandes quantités d'eau. Accordez-lui quelques gorgées, puis dessellez-le, débridez-le, bouchonnez-le le cas échéant. Il peut ensuite se désaltérer à volonté.

S'il fait très chaud, une eau fraîche risque de "geler" l'estomac du cheval : la différence de température provoque une contraction soudaine des tissus et des organes, qui risque d'entraîner des réactions digestives telles que des coliques. Mettez à disposition du cheval de l'eau à température ambiante.

En extérieur, lors de longues étapes en randonnée, l'idéal serait de faire boire les chevaux souvent par petites quantités. Sur le terrain, cela s'avère souvent difficile. Si vous parvenez à un point d'eau après une longue marche, ne laissez pas les chevaux ingurgiter d'un trait des litres d'eau. Attendez qu'ils se calment avant de les laisser s'abreuver à volonté.

Dans le box, étant donné leur hauteur, le seau d'eau ou l'abreuvoir automatique peuvent être salis par le crottin. Si le cheval a souillé son eau, nettoyez très soigneusement le récipient à l'aide d'une éponge propre et claire. L'eau qui surgit sous pression dans les abreuvoirs automatiques est très fraîche, voire glacée en hiver. Certains chevaux rechignent à la boire. Ils boivent davantage si l'on met à leur disposition une eau tiède.

Un cheval doit boire entre 20 et 40 litres d'eau par jour, parfois plus. Ses besoins varient selon son alimentation, selon le travail qu'il fournit et selon la température extérieure.

Le cheval au pré broute toute la journée. L'herbe étant riche en eau, l'animal absorbe une bonne partie du liquide dont il a besoin en mangeant. De fait, les chevaux sauvages ne boivent pas souvent. Ils se rendent au point d'eau deux à trois fois par jour, parfois une seule fois et s'abreuvent alors largement.

Le cheval vivant au box, en revanche, mange essentiellement des aliments secs : paille, foin, céréales ou aliments complets. Il a besoin de compenser ce manque de liquide en buvant fréquemment. S'il ne boit pas assez, le bol alimentaire devient trop sec et le transit intestinal peut être ralenti ou même bloqué, c'est la crise de coliques.

Il est parfois possible d'installer un abreuvoir automatique au pré. C'est très pratique, mais il faut le contrôler et le nettoyer quotidiennement. En hiver, les canalisations risquent de geler. Il faut prévoir un point d'eau de remplacement. Un grand abreuvoir collectif contient de grandes quantité d'eau. Cela présente des aspects pratiques, on remplit au tuyau et l'eau suffit à abreuver plusieurs chevaux pendant plusieurs jours.

Un tel abreuvoir se salit rapidement. Retirez les débris éventuels deux fois par jour et changez l'eau tous les trois à quatre jours. Régulièrement, récurez l'abreuvoir à fond afin d'ôter les mousses et les petites plantes qui se développent sur ses parois. En hiver, s'il gèle, cassez la glace et retirez les morceaux, elle se reformera moins vite. Un ballon à la surface de l'eau peut ralentir le processus de formation de la glace.

A défaut d'abreuvoir, on peut utiliser un simple seau en plastique. Attention, il ne doit pas avoir d'anse dans laquelle le cheval pourrait glisser un pied. Pour stabiliser le seau, placez-le au centre d'un pneu.

Dans l'écurie, si vous ne disposez pas d'abreuvoir automatique, fixez solidement un crochet à environ 1,10 m au sol (plus bas s'il s'agit d'un poulain ou d'un poney), afin de pouvoir y accrocher un seau. Choisissez un seau de bonne qualité, solide et rigide. Remplissez-le au moins quatre fois par jour et nettoyez-le chaque fois que cela est nécessaire.



Retour menu conseils pratiques